Le fantastique dans La Vénus d’Ille

Le fantastique dans La Vénus d’Ille

I.            Une Vénus énigmatique :

La statue de la Vénus, selon ceux qui la regardent, provoque des sentiments opposés :

Ø  Monsieur de Peyrehorade veut l’encenser, lui faire le sacrifice de deux palombes.

Ø  Les apprentis qui lui jettent la pierre souhaiteraient bien la détruire : « Si tu étais à moi, je te casserais le cou ».

Ø  Le guide catalan la considère comme méchante : « Mais avec tout cela, la figure de cette idole ne me revient pas. Elle a l’air méchante ».

Ø  Madame de Peyrehorade lui en veut aussi et aimerait faire fondre la statue « pour en faire une cloche » : « Je ne peux pas prendre sur moi de regarder la statue qui fait des malheurs comme celui-là. »

Ø  Le narrateur : La statue est dotée «d’une merveilleuse beauté» mais aussi d’un «caractère étrange»

II.            Une Vénus ambigue :

Le portrait de la statue est ambigu : on la sait inanimée mais certains détails font penser le contraire :

Ø  Elle est en bronze, entière et grande.

Ø  Son corps est noir et ses yeux blancs (mise en relief).

Ø  Elle est dénudée (peut inspirer le désir).

Ø  Elle a un regard méchant, féroce et beau « Il y a dans son expression quelque chose de féroce, et pourtant je n’ai jamais vu rien de si beau »

Ø  Elle rabaisse toutes les personnes la regardant

III.            Une Vénus diabolique :

La beauté, l’aspect troublant et le mystère de la Vénus provoquent des réactions irrationnelles, qui facilitent la mise en place d’événements fantastiques :

Ø  Le catalan : « C’est une idole, vous dis-je ; on le voit bien à son air. Elle vous fixe avec ses grands yeux blancs… On dirait qu’elle vous dévisage. On baisse les yeux, oui, en la regardant ».

Ø  Madame de Peyrehorade : « Un beau chef-d’œuvre qu’elle a fait ! casser la jambe d’un homme ! »

Ø  Le narrateur : « Dédain, ironie, cruauté, se lisaient sur ce visage d’une incroyable beauté »

Ø  Alphonse : « Non… je… je ne puis l’ôter du doigt de cette diable de Vénus. » Et il se croit «ensorcelé» par «cette diable de Vénus»

Ø  L’inscription gravée sur le socle de la statue, en latin, renforce l’aspect maléfique de la Vénus d’Ille : « Prends garde à toi si elle t’aime ». C’est une prophétie qui annonce la suite de l’histoire.

IV.            Les effets d’annonce :

Le drame est annoncé à plusieurs reprises dans le texte de la Vénus d’Ille : c’est ce qu’on appelle un effet d’annonce. C’est souvent Monsieur de Peyrehorade qui annonce, sans s’en rendre compte, la mort de son fils :

1.       Monsieur de Peyrehorade fait des citations sans faire attention au contexte tragique dans lesquels ces vers sont situés :

Ø  « C’est Vénus tout entière à sa proie attachée ». Citation de Racine (Phèdre, vers 306). La pièce de Racine, Phèdre, met en scène Phèdre, qui est une victime de la colère de Vénus.

Ø  « Manibus date lilia plenis » : « Répandez des lis à pleines mains » (Virgile, Énéide, VI, 883). Cette citation se trouve dans un passage qui raconte les amours de Didon et d’Énée. Énée quittera Didon, et Didon en mourra d’amour.

Ø  « Veneris nec praemia nôris ». Virgile, Énéide, IV, 33 : « Tu ne connais pas les présents de Vénus. » Cette citation renvoie à Marcellus, l’héritier de l’empereur romain Auguste. Marcellus mourra alors qu’il n’est encore qu’un jeune homme.

Ø  « Il en rit beaucoup, et, comparant l’apprenti à Diomède, il lui souhaita de voir, comme le héros grec, tous ses compagnons changés en oiseaux blancs. » – «Diomède» : Roi d’Argos, un des plus vaillants guerriers grecs, participa à l’expédition des Épigones contre Thèbes et à la guerre de Troie. Au siège de cette ville, il avait blessé Vénus. «D’après les légendes, Vénus se vengea de Diomède en métamorphosant les compagnons de celui-ci en oiseaux blancs.».

2.       Monsieur de Peyrehorade semble chercher à faire revivre la Vénus :

Ø  Monsieur de Peyrehorade choisit le vendredi pour marier son fils, car c’est le jour de Vénus (Vener-di) ; personne, à part lui, ne désire faire de mariage ce jour-là, car, dans la religion chrétienne, c’est le jour de la mort de Jésus : « – Vendredi! s’écria son mari, c’est le jour de Vénus! Bon jour pour un mariage! Vous le voyez, mon cher collègue, je ne pense qu’à ma Vénus. D’honneur! C’est à cause d’elle que j’ai choisi le vendredi ».

Ø  Il veut lui faire des offrandes, et dit qu’il veut faire revivre un culte abandonné depuis longtemps. Il veut faire un sacrifice à la déesse, comme dans l’antiquité. Les palombes sont en effet les animaux emblématiques de Vénus : « Demain, si vous voulez, avant la noce, nous lui ferons un petit sacrifice; nous sacrifierons deux palombes, et si je savais où trouver de l’encens… »

Ø  D’après Monsieur de Peyrehorade, c’est une faveur, presque un honneur d’être blessé par Vénus : « Ma femme, vois-tu ? dit M. de Peyrehorade d’un ton résolu, et tendant vers sa jambe droite dans un bas de soie chinée, si ma Vénus m’avait cassé cette jambe-là, je ne la regretterais pas. »

3.       Monsieur de Peyrehorade compare souvent la Vénus à la jeune fiancée alors que Vénus est une déesse connue pour sa jalousie.

Ø  Il met sur le même plan la statue et la jeune fiancée, il les met en rivalité : « Mon fils, choisis de la Vénus romaine ou de la catalane celle que tu préfères. Le maraud prend la catalane, et sa part est la meilleure. La romaine est noire, la catalane est blanche. La romaine est froide, la catalane enflamme tout ce qui l’approche ».

V.            Des évènements : deux explications ?

Ø  L’une simple, naturelle, rationnelle : pour le narrateur, Alphonse a été assassiné par l’Aragonais, et il accumule les indices qui permettent de le croire, qui tentent d’éclairer logiquement le mystère : sa ressemblance avec la statue, la menace de se venger qu’il a proférée ; d’où l’enquête policière mais qui s’avère vite insuffisante et peu convaincante.

Ø  L’autre folle, surnaturelle, irrationnelle, effrayante, mais vers laquelle nous penchons, qui est celle de la survivance des pouvoirs des dieux anciens, et, ici, de la Vénus, cette «idole du temps des païens» dont le maléfice se perpétue à travers le temps, qui s’anime et se venge contre celui qui s’est marié avec elle mais s’est révélé un mauvais amant.

Pour qu’un texte soit parfaitement fantastique, il faut que l’hésitation entre les deux explications soit bien maintenue; qu’il soit difficile d’infirmer ou de confirmer l’une ou l’autre. Ici, le fantastique est fait de mots et de signes qui tracent à travers la nouvelle un réseau de correspondances installant la Vénus au rang de suspecte sans jamais en faire une accusée. Le mystère de la nature profonde de la statue subsiste; la seule réalité connue est la mort violente d’Alphonse, mais elle échappe à toute explication, et le choix est laissé au lecteur de l’attribuer à l’Aragonais ou à la statue.

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

تابعنا على فيسبوك close[x]