Le fantastique et le merveilleux dans le chevalier double de Gautier

Le fantastique et le merveilleux dans le chevalier double de Gautier

Le Chevalier double est une œuvre de Théophile Gautier, publiée pour la première fois en juillet 1840 dans « Le Musée des familles ».

C’est un récit assez bref, présentant des personnages peu nombreux.

Le fantastique en littérature consiste à introduire un élément surnaturel dans le cadre d’un récit ancré dans le réel. Souvent l’auteur laisse au lecteur la possibilité d’une autre explication (un doute rationnel) en suivant une construction tripartite : réelsurnaturelretour au réel.

Le chevalier double est atypique. Le réel est fort lointain : un château dans un pays du Nord. Le déroulement ne suit pas la construction en trois parties : réel – surnaturel – retour au réel. Et la résolution en forme de morale à la manière des contes place ce récit plutôt du côté du « merveilleux » que du « fantastique ».

Le récit de Gautier a la forme de la nouvelle fantastique et les caractéristiques du conte merveilleux.

A.  Le fantastique dans « Le chevalier double » :

1.     Le thème du double : la dualité de l’être, le démon, le spectre.

Le thème du double est l’un des plus importants de la littérature fantastique.

Le double : c’est la part maléfique d’une personne qui prend forme humaine. Le double forme un duo infernal entre l’original et sa copie.

2.   L’étranger : la présence de ce personnage diabolique, donne naissance à l’ « inquiétante étrangeté » propre au conte fantastique.

La disparition mystérieuse de cet inconnu dont le lecteur ne connaît même pas le nom, renforce encore plus, « l’effet fantastique » de l’événement.

B.  Le merveilleux dans « Le chevalier double » :

1.     La scène du combat entre Oluf et son double : le premier voyage d’Oluf, le second voyage et le combat ressemblent étrangement aux épreuves et aux batailles qu’on trouve dans les contes. La quête, la mission, l’objectif du héros.

Plusieurs des lectures du combat de Jacob et de l’ange et par extension le combat d’Oluf avec le spectre y voient « le symbole de la lutte intérieure de l’homme contre les forces du mal» et plus largement le symbole du combat que l’homme mène contre lui-même.

2.   Le cadre spatial : des châteaux, des forêts hostiles, des tempêtes déchaînées. Un cadre propre au conte.

L’arrivée de l’étranger, le maître chanteur, se passe dans un temps terrible. Ce temps troublé a, mis en relief l’image morne du vieux château constituant ainsi un espace irréel et surnaturel.

3.   Le cadre temporel : un conte intemporel « Il y a quelque mois ».

Le récit nous lance dans un moment imprécis du passé, « il y a quelque mois » et dans un « château » inconnu pour démarrer l’intrigue et nous expliquer la cause mystérieuse de la tristesse d’Edwige.

4.   L’explication surnaturelle : Dans « Le chevalier double » le lecteur n’est amené, en aucun cas, à hésiter entre une interprétation rationnelle et une interprétation surnaturelle des faits comme dans les nouvelles fantastiques.

5.    La situation finale : Les aventures du héros se terminent bien (une fin heureuse).

6.   La morale du récit : L’histoire permet de dégager une leçon de vie (morale). Le narrateur l’énonce clairement à la fin du texte : « Cette histoire montre comment un seul moment d’oubli, un regard même innocent, peuvent avoir d’influence. »

7.    Des animaux fabuleux : le cheval à forme d’éléphant et les chiens géants d’Oluf. Ce sont plutôt des êtres féeriques et magiques.

8.   Créatures et êtres mythologiques : les elfes, les Willis, Odin. Leur figure est reprise dans la littérature, comme élément merveilleux.

·                        Les Elfes sont des créatures légendaires anthropomorphes. À l’origine, il s’agissait d’êtres de la mythologie nordique. Les Elfes sont des êtres d’apparence jeune et de grande beauté, vivant le plus souvent dans des forêts, considérés comme immortels et dotés de pouvoirs magiques, et se distinguant physiquement des humains par leurs oreilles pointues et une apparence plus svelte.

·  Les Willis sont des créatures fantastiques de la mythologie slave, les Willis représentent à peu près la version slave des nymphes grecques.

·   Odin est le dieu principal de la mythologie nordique. C’est un dieu polymorphe.

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

تابعنا على فيسبوك close[x]